A propos

Évaluer le caractère circulaire d’un projet de construction ou de rénovation d’un bâtiment avec C-CalC

L’économie circulaire est au cœur de l’actualité notamment dû à la diminution des ressources disponibles de matière première sur la Terre. Le modèle de consommation doit changer, en passant d’un modèle linéaire où nous produisons des déchets vers un modèle circulaire où la production de ces déchets est minimisée et où ces déchets ne sont plus vu comme tel, mais comme une nouvelle source de matériaux disponibles.

En Belgique, le secteur de la construction produit est un des plus gros producteur de déchet. Appliquer ce modèle circulaire à la construction représente un défi majeur au sein de notre pays. C’est pourquoi C-CalC a été développé comme soutien dans cette transition.

C-CalC, C’est quoi ?

C-CalC est un outil permettant d’évaluer la circularité d’un projet de construction neuve ou de rénovation de bâtiment. Il a donc été conçu de manière à pouvoir indiquer aux concepteurs du bâtiment à quel point les concepts d’économie circulaire ont été pris en compte dans le projet.

Comment cela fonctionne ?

L’outil permet d’attribuer un label au projet allant de A à H, reflétant le caractère circulaire du projet. La circularité est ainsi évaluée selon plusieurs critères, englobant au mieux les différents concepts de l’économie circulaire appliquée à la construction. Les critères sont les suivants :

  • Les matériaux entrant et sortant du chantier
  • La prise en compte d’une adaptabilité et flexibilité du bâtiment
  • La gestion du projet et des données

In a nutshell

Les 3 critères

1. Matériaux

L’évaluation du critère matériaux se fait en deux parties : l’évaluation des flux sortant et celle des flux entrant. En rénovation, les flux sortants correspondent à tous les matériaux qui se trouvaient initialement dans le projet, avant tout changement.

L’utilisateur doit alors quantifier chaque matériaux et préciser sa destination : le matériau sera-t-il réutilisé dans le projet ou sera-t-il simplement jeté ?

Les flux entrants correspondent au contraire à tous les matériaux qui seront utilisés pour réaliser le projet. Chaque matériau utilisé va alors être jugé selon plusieurs critères : est-ce un matériau de réemploi, biosourcé, issu du recyclage, de provenance locale ? Tous ces aspects seront pris en compte. Afin de déterminer l’impact environnemental de chaque matériau, l’outil s’appuie sur la base de données TOTEM.

Une note sera attribuée à la partie matériaux, permettant de refléter la qualité des matériaux mis en œuvre en termes d’adéquation aux principes d’économie circulaire, à savoir notamment la diminution de la quantité de déchet produit sur chantier et la diminution de l’impact environnemental du projet.

2. Adaptabilité

Le choix des matériaux utilisés est primordial pour diminuer l’impact environnemental du projet au moment sa réalisation. Mais il est également important de prendre en compte l’impact du projet tout au long de la durée de vie du bâtiment. Ceci est évalué dans la deuxième partie appelée adaptabilité et flexibilité du bâtiment.

Le but ici est de valoriser un bâtiment qui a été conçu pour être adaptable, i.e. pour permettre un changement de fonction du bâtiment (de bureau vers des logements par exemple), ou pour être flexible, i.e. pour permettre un réagencement de l’espace. Pour cela, l’outil va évaluer le cloisonnement intérieur (e.g. les cloisons sont-elles démontables ?), les techniques (e.g. le réseau de ventilation est-il prévu pour une autre fonction ?) et l’enveloppe (e.g. l’enveloppe est-elle désolidarisée de la structure ?)

Une note est également attribuée à cette partie. Celle-ci est d’autant plus favorable que le bâtiment a été conçu pour éviter au maximum une production future de déchets, en permettant un changement de fonction, un réagencement de l’espace ou encore une accessibilité aux différents éléments pour la maintenance et réparations.

3. Gestion du projet

Cette dernière partie est indispensable pour que les deux premières puissent être réellement bénéficiables. En effet, cette partie va permettre d’évaluer la qualité de gestion du projet, comme le travail en bouwteam, la centralisation des informations et la transmission de celles-ci au maître d’ouvrage, permettant notamment d’assurer la mise en œuvre des solutions futures envisagées dans la deuxième partie.

Les résultats

Les résultats sont présentés en fin d’encodage sous forme graphique.

Un premier graphique circulaire attribue une note globale pour l’ensemble du projet selon un label allant de A (Excellent) à H (Insuffisant).

Ce résultats est alors détaillé dans la deuxième partie où les résultats par section sont repris et détaillé également.

Cela permet d’avoir une vue d’ensemble sur les points positifs et les choses à améliorer.

Le potentiel de C-CalC

Une fois le projet encodé, l’outil va attribuer une note au projet permettant à l’utilisateur de se situer quant à la circularité de son bâtiment. Ceci peut alors être utilisé pour créer une variante au projet, en proposant des améliorations afin de faire augmenter le score. Cela peut être également être utilisé pour comparer deux propositions de projet entre elles.